Etre un « idiot utile »

Des militants se revendiquant du Parti Communiste Français et  des « idiots utiles »* ont essayé de perturber le débat entre Eric Zemmour et Nicolas Dupont-Aignan portant sur le « destin français ».
Quelques réflexions personnelles.
*depuis la consigne de second tour des présidentielles de Nicolas Dupont-Aignan

Être un idiot utile ?
C’est faire une « haie de déshonneur » aux auditeurs d’un débat, les sifflant et insultant à coup de « fachos, fachos » quand bien même il s’agissait de personnes âgées, d’adolescents ou de représentants du peuple (sénateur, conseillers municipaux) censés incarner l’institution qui se voulait attaquée par la tenue d’un tel débat. Comme si, dans une démocratie, certains sujets devaient être proscrits d’une quelconque discussion. Mais pour les idiots utiles, débattre, par exemple de l’immigration, équivaut à rejeter mécaniquement l’immigré donc à nier sa part d’humanité. Probablement pour cela que certains d’entre-eux ont proféré des « je vais crever Zemmour »

Être un idiot utile ?
C’est rester dans sa bulle en analysant le monde via un filtre binaire permettant la pérennité d’un système que l’on prétend combattre… (Lire mon article « Les lépreux des Temps Modernes : diaboliser l’autre pour exister« ). Par confort et facilité intellectuelle, l’esprit critique est à bannir de toute vision du monde.

Être un idiot utile ?
C’est faire preuve de mauvaise foi en mentant consciemment aux autres, par exemple, en profitant d’une certaine presse qui, sous couvert d’une pseudo objectivité journalistique, ment à ses lecteurs en annonçant un nombre de manifestants 4 fois supérieur à la réalité (200 personnes au lieu de 50). Ou encore d’annoncer à une certaine émission télévisée que la capacité de la salle avait été réduite via la pause des cloisons mobiles, alors qu’il n’en était rien. Sans oublier le pseudo filtrage du public alors que l’entrée était libre.  Créer du faux buzz pour tenter d’exister politiquement, c’est se trahir soi-même : la dignité se meurt. André Pronovost : “La petitesse nous rassure, car elle exige peu, mais il n’en est pas ainsi de la grandeur, qui exige beaucoup”  (Les marins d’eau douce).

Être un idiot utile ?
C’est nier l’Histoire. Qu’il est difficile pour certains communistes présents d’accepter le passé de leur parti : l’extériorisation en insultant le contradicteur rappelant les morts imputables à ce type de régime (certains historiens évoquent la barre des 100 millions, excusez du peu !) et l’appellation inchangée (ce qui est, au passage, irrespectueux pour les victimes, imagine-t-on un parti nommé NSDAP en 2019 ?) n’est pas anodine. Décharger sa haine sur l’autre permet, aussi, d’éviter de poser un regard critique envers sa propre personne.

Être un idiot utile ?
C’est ne pas se demander le pourquoi de cette appellation. C’est insulter un écrivain sans avoir lu ses livres. C’est instrumentaliser un débat pour essayer de nuire à un homme politique ayant redressé une ville ruinée. C’est être petit.


Cette soirée débat fut une totale réussite. Le public, captivé, posa de nombreuses questions le tout dans une ambiance conviviale… alors que dehors, la haine et la stupidité faisaient légion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *